LifeDesign Learning Zone

Agridées

De wikiducamp
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

https://agridees.com

Twitter:SafThinkTank

14 février Agridébat rue d’Athènes : Enquête sur l’Agribashing : 📚 Malaise à la ferme Eddy Fougier


Société des agriculteurs de France
Situation
Création 1867
Siège 8, rue d’Athènes[1]
75009 Paris

Site web http://www.agridees.com

La Société des agriculteurs de France (SAF), devenue saf agr'iDées puis agridées en 2018, est une association fondée en 1867, aujourd’hui association loi de 1901, reconnue d’utilité publique [Quand ?]. Depuis sa création, elle reste fidèle à sa vocation initiale : être le laboratoire d’idées du secteur agricole. Sa mission est de porter le Progrès en agriculture. C’est un lieu d’expertise, un forum de réflexion, une force de proposition sur les questions structurelles (politiques publiques, économie, juridique et fiscal…).

Depuis le , Jean-Baptiste Millard a pris les fonctions de délégué général[2], succédant à Patrick Ferrère. Le laboratoire a également changé de nom pour "saf agr'iDées", puis "agridées", publiant ses expertises avec cette nouvelle identité visuelle, et se dotant d'un nouveau site web lancé en  : www.agridées.com. Le Conseil d'administration a élu en comme nouveau Président Damien Bonduelle, 62 ans, producteur de salades en région nantaise et entrepreneur de travaux agricoles (spécialisé en légumes et betteraves) en région picarde.

Tout au long de l’année, agridées organise différents formats d’événements et groupes de travail destinés à produire et diffuser des idées, propositions et questionnements pour accompagner les évolutions indispensables des filières agricoles en cef début de 21e siècle.

Il est possible de retrouver les vidéos des événements organisés par agridées via sa chaîne YouTube dédiée. Son sompte twitter @SafThinkTank réunite plus de 4500 abonnés.

Historique

A l’été 1867, Monsieur Edouard Lecouteux organise le neuvième « Concours International de Labourage par machines à vapeur et par charrues à labours profonds ». Il est professeur d’économie rurale à Institut national agronomique, rédacteur en chef de la revue Journal d'Agriculture pratique et membre du Conseil supérieur de l’Agriculture[3].

Le , lors du déjeuner officiel du Concours, Monsieur Lecouteux porte un toast :

« […] à l’Union des Agriculteurs de France, j’ai l’honneur de porter un toast, ainsi d’ailleurs qu’aux souscripteurs, aux exposants, aux fermiers de Petit-Bourg qui ont fait ce concours, à toutes les heureuses conséquences qu’il est permis d’attendre de notre manifestation au point de vue du développement de l’initiative privée […] Notre Union, Messieurs, puisse-t-elle engendrer bientôt la Société des Agriculteurs de France, société destinée à solidariser des intérêts que le régime de l’isolement a condamnés jusqu’ici à l’antagonisme. Soyons des hommes d’initiative et nous aurons souvent des journées comme celles qui consacrent, en ce moment, notre force […][3]. »

Au début de l’année 1868[4], la société des agriculteurs de France entre en phase d’organisation[3]. Le , les 867 membres de la première heure élisent leur premier Président, Édouard Drouyn de Lhuys lors de l’Assemblée générale constitutive et les statuts de la société sont déposés[3]. La Société des agriculteurs de France est reconnue d’utilité publique le [3].

Les travaux de réflexion sont alors répartis en 12 sections[3] : Agriculture - Élevage et industrie laitièreViticultureSylviculture - Horticulture et pomologie (arboriculture) - École nationale du génie rural, des eaux et des forêts - Industrie agroalimentaireSériciculture, entomologie, piscicultureÉconomie agricole et Code rural et de la pêche maritimeEnseignement agricoleÉlevage du cheval en FranceRelations internationales.

La Société des agriculteurs de France, devenue saf agr'iDées, puis agridées, est située depuis ses origines[réf. nécessaire] au 8 rue d’Athènes à Paris.

Les présidents de la SAF depuis 1867

Le laboratoire d’idées du secteur agricole, de l'agroalimentaire et de l'agro-industrie

Elle est à la base du mouvement agrarien français de la deuxième moitié du XIXe siècle.[réf. nécessaire]

La création de la SAF (voir bibliographie et livre de Pierre Le Roy) est liée à l’inauguration de la politique de libre-échange décrétée par Napoléon III[12]. Lors de la loi Waldeck-Rousseau de 1884 autorisant les syndicats en France, la Société des agriculteurs de France attirera de nouveaux agriculteurs en parrainant de nombreux syndicats agricoles[13] locaux, qui se constitueront en unions régionales puis en une union nationale en 1886, avec la création de l’Union centrale des syndicats agricoles de France. Cette Union, dirigée par la SAF, compte au début du XXe siècle 57 syndicats pour un total de 314 343 inscrits, soit la moitié de tous les adhérents aux différents syndicats agricoles français (750 000 agriculteurs en 1910)[12].

Durant le dix-neuvième siècle, la SAF s’est illustrée par la mise en place progressive du paysage des organisations professionnelles agricoles actuelles, à savoir la Mutualité sociale agricole, Groupama, ou encore la Caisse de prévoyance des cadres des exploitants agricoles. La SAF a aussi participé à la création des Centre d'études techniques agricoles et du secteur bancaire agricole, notamment de la Banque française de l’agriculture ou d’autres organismes de crédit.

La SAF prône depuis ses origines une agriculture d’entreprise à l’écoute du marché. Les échanges et débats issus de ses rendez-vous ont donné la matière qui a permis à la SAF d’éditer ses rapports annuel[14]. Ceux-ci sont à l’origine de plusieurs avancées dans le monde agricole : reconnaissance du fonds agricole, création de la dotation pour aléas, cessibilité du bail rural, ou encore l’intégration progressive de la protection de l’environnement dans la stratégie d’entreprise.

Les rapports annuels de la SAF puis agridées depuis 2007[14] :

  • 2007 : PAC 2013, la SAF s’engage
  • 2008 : Compétitivité des entreprises agricoles, nos propositions
  • 2009 : 160 recommandations pour une nouvelle orientation de l’agriculture
  • 2010 : Un nouveau Pacte pour l’Europe !
  • 2011 : Pour une nouvelle politique du foncier !
  • 2012 : Changement d’attitude pour les agriculteurs
  • 2013 : Agricultures et territoires, pour des synergies gagnantes ! Cohésion des Hommes, cohérence des projets[15]

Depuis le Rapport 2013, agridées a publié de nombreuses Notes de thinks tanks[16], sur des thèmes divers : La résilience des filières bio / Tous acteurs de la transition numérique agricole / Fédérer les acteurs de l’innovation avec des partenariats public-privé / Semences : une pépite française, des concentrés de valeurs / De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires françaises (IAA) ? / Dimension des entreprises agricoles : libérer et responsabiliser ! / Les agriculteurs, producteurs d’eau potable / Paiements pour Services Environnementaux (PSE) en agriculture / Lait : opportunités et stratégies gagnantes / France-Allemagne : forces et faiblesses de l’agriculture et agro-industrie / L’animal : lame de fond sociétale [1] / L’animal : l’éclatement juridique [2].

Plus synthétiques, ses Notes d'analyse ont porté sur l'assurance agricole, la filière bovine, l’agriculture des DOM, la contractualisation, la PAC 2020, une réponse au défi européen etc.

Le think tank agridées édite la revue trimestrielle Agriculteurs de France, désormais intitulée La Revue agridées, revue de réflexions et d’analyses des secteurs agricole, agro-alimentaire et agro-industriel. Mettant en avant les idées et expertises des femmes et des hommes de ses secteurs, elle apporte un éclairage pertinent, une analyse indépendante et une veille d’informations pour mieux comprendre l’environnement économique, social et politique de l’agriculture et du monde rural. Chaque numéro comprend un dossier qui traite de manière pointue des problématiques telles que l’emploi, la transmission du patrimoine, le machinisme, les filières agroalimentaires, etc.

Relation avec les autres think tanks français

La SAF a participé au Forum des think tanks[Quoi ?][17] avec Fondapol, Terra nova, la fondation Jean-Jaurès, la fondation Robert-Schuman, la fondation Concorde, la fondation iFRAP, la fondation Res Publica, l’Institut de l’Entreprise, l’Institut Montaigne, le Cercle des économistes, etc.

Lors de la 1re édition en 2010, elle a participé à la table ronde « Quel modèle de développement, pour quelles finalités[18] ? », en 2011 à la table ronde « Peut-on encore produire en France[19] ? » et en 2012 à la table ronde « L'imagination c'est pour quand ? Repenser l’humain[20]. » Elle a organisé en 2014 lors de son AG une conférence sur le rôle des think tanks français, tout en officialisant son changement de nom pour saf agr'iDées et identité visuelle.

En 2016 et en 2017, agridées a reçu le label THINK TANK & TRANSPARENT [21] créé et réalisé par l’Observatoire Européen des Think Tanks. Ce label est la concrétisation d’une étude inédite à cette échelle en France et en Europe par les équipes de l’Observatoire, de façon totalement indépendante.

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie

  • Félix Vidalin, « La Société des agriculteurs de France », la Revue des deux Mondes, tome 13, 1876 ; en ligne sur Wikisource : La Société des agriculteurs de France.

Liens externes

Références

  1. http://www.agriculteursdefrance.com/fr/mentionlegales.htm . Site consulté le 28 novembre 2013.
  2. Délégué Général
  3. a b c d e et f http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Revues/Upl_71.pdf
  4. Sous la direction de Michel Boulet, Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture (1760-1945) ; Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, p. 391, Éducagri, Dijon, 2000 (ISBN 9782844440860), lire en ligne
  5. Gérard Buttoud, « La Société forestière de France, 1852 – 1873 », R.F.F., no XXIX-4,‎ , p. 304 (lire en ligne, consulté le 29 mars 2013).
  6. a b c d e f g h i j et k http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Revues/Upl_74.pdf%20
  7. http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Revues/Upl_75.pdf
  8. http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Revues/Upl_77.pdf
  9. http://www.academie-agriculture.fr/lettres-de-l-academie.html
  10. http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Revues/Upl_18.pdf
  11. Laurent Klein, « De la capacité de résister à celle d’entreprendre », Agriculteurs de France,‎ , p. 3 (lire en ligne[archive du ] [PDF])
  12. a et b http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1997_num_16_2_1942?_Prescripts_Search_tabs1=standard
  13. http://www.agriculteursdefrance.com/Upload/Presse/Upl_207.pdf
  14. a et b http://www.agriculteursdefrance.com/fr/EtudesEtPropositions.asp?ThemePage=4&Rubrique=2&Categorie=1
  15. Agricultures et territoires, pour des synergies gagnantes ! Cohésion des Hommes, cohérence des projets
  16. Notes de thinks tanks
  17. http://www.forumdesthinktanks.com
  18. http://www.forumdesthinktanks.com/editions-precedentes/videos-2010/
  19. http://www.forumdesthinktanks.com/editions-precedentes/videos-2011/
  20. http://demo.sooyoos.com/forumdesthinktanks/wp-content/uploads/2012/11/FTT-151212-Programme.pdf
  21. THINK TANK & TRANSPARENT 2016,

Sur les autres projets Wikimedia :

Président : Damien 2020-020 à voir au Salon de l’agriculture