Héricy

De xtof lifedesign


Héricy
Héricy
Le château, siège de la mairie.
Blason de Héricy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Yannick Torres
2020-2026
Code postal 77850
Code commune 77226
Démographie
Gentilé Héricéens
Population
municipale
2 572 hab. (2018 en augmentation de 1,78 % par rapport à 2013)
Densité 241 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 50″ nord, 2° 45′ 50″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 103 m
Superficie 10,68 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Fontainebleau
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Héricy
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Héricy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Héricy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Héricy
Liens
Site web hericy.fr

Héricy[1] est une commune française, située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France sur la rive droite de la Seine au sud-est de Melun.

Géographie

Localisation

La commune est située à environ 20,4 kilomètres au nord-ouest de Montereau-Fault-Yonne[Carte 1].

Communes limitrophes

Géologie et relief

La commune s′étale à flanc de coteau sur la rive droite de la Seine, initialement divisée entre d′une part son centre historique proche des berges, autour de la mairie, de l′église, des commerces, et d′autre part les hameaux agricoles de la Brosse et Fontaineroux, sur le plateau briard.

Hydrographie

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier d'Héricy.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit[Note 1] cours d'eau référencés :

  • la Seine, fleuve long de 774,76 km[2], ainsi que :
    • un bras de 0,67 km[3] ;
    • le ru de Froideur, 3,77 km[4] et ;
    • le ru de la Vallée Javot ou ru de la gaudine, long de 28,99 km[5], affluents de la Seine ;
      • le ru de la Fontaine, 0,93 km[6] et ;
      • le ru Clicot, 1,54 km[7], affluents du ru de la Vallée Javot ;
        • le ru de Fontaineroux, 3,39 km[8], affluent du ru Clicot ;
  • le fossé 01 de Prieuré, 3,49 km[9].

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 11,32 km[10].

Climat

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,1 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,6 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 716 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -3,6 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[12]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[14], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[15] à 11,6 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité

Espaces protégés

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[17],[18].

Deux espaces protégés sont présent sur la commune :

  • l'« Ile de Thérouanne », objet d'un arrêté préfectoral de protection de biotope, d'une superficie de 1 ha[19].
  • la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » (zone de transition et zone tampon), créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha. Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[20],[21],[22].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal d'Héricy comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3],[23],[Carte 2],

les « forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » (595,26 ha), couvrant 3 communes du département[24], et la « forêt domaniale de Champagne » (487,55 ha), couvrant 5 communes du département[25] et trois ZNIEFF de type 2[Note 4],[23] :

  • les « Bois de Valence et de Champagne » (3 706,85 ha), couvrant 9 communes du département[26] ;
  • les « Forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » (814,38 ha), couvrant 5 communes du département[27] ;
  • la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » (1 062,65 ha), couvrant 15 communes du département[28].

Urbanisme

Typologie

Héricy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[29],[30],[31]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fontainebleau, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[32] et 36 406 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[33],[34].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[35],[36].

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 112 lieux-dits administratifs[Note 7] répertoriés[37] dont Fontaineroux (abritant un lycée technique[38]) et La Brosse.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (58 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,3% ), forêts (25% ), zones urbanisées (13% ), zones agricoles hétérogènes (2,7% ), prairies (1,5% ), eaux continentales[Note 8] (1,4 %)[39].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[40],[41],[Carte 3]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 4].

Planification

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Fontainebleau et sa région, approuvé le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) de Fontainebleau et sa région[42].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[43]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 5].

Logement

En 2016, le nombre total de logements dans la commune est de 1 221 dont 91 % de maisons et 8 % d'appartements[Note 9].

Parmi ces logements, 85 % sont des résidences principales, 8 % des résidences secondaires et 7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élève à 82 % contre 16 % de locataires[44] dont 1 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 10] et 2 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Hericiacum en 1184[46] et 1220[47] ; Grangia regalis de Hericiaco en 1276[48] ; Herici au XIVe siècle[49] ; Herycy en 1468[50] ; Herissy en 1518[51] ; Erissy en 1599[52] ; Ericy en 1642[53].

La commune a autrefois été également désignée avec la mention du cours d'eau, Héricy-sur-Seine[Note 11], à l'instar des communes voisines.

Histoire

Le plateau de La Brosse et de Fontaineroux, qui fait partie de la commune, est habité dès le Néolithique mais le village d'Héricy a pour origine les entrepôts construits par les nautes sénons, en face du port de Samois-sur-Seine, le plus important entre Sens et Lutèce. Sous Louis XIV, Héricy est l'une des plus anciennes châtellenies du royaume, d’après une lettre patente datant de 1685[55].

Lors de différents travaux, on a retrouvé de nombreuses pièces de monnaies et des sépultures gallo-romaines, ce qui tend à prouver une occupation importante à cette époque. La tradition veut que sainte Geneviève, maintenant patronne d’Héricy, y séjourne vers 451.

Dès avant le XIe siècle, les moines viennent cultiver le pays : les Saints Pères de Melun au prieuré de Fontaineroux, et surtout les Cisterciens qui construisent l’importante abbaye de Barbeau, une des plus anciennes et des plus belles de France. Louis VII, le père de Philippe Auguste, y vit et y est enterré en 1180. L'abbaye subsiste jusqu'à la Révolution où elle est détériorée; elle est démolie en 1837. Bien que située sur le territoire de Fontaine-le-Port, on ne peut manquer de la citer, car elle conditionne grandement la vie du pays. Les moines y plantent les premières vignes qui feront longtemps la richesse de la région. De l'ancienne abbaye, il ne reste plus aujourd'hui qu'une glacière. L'ancien domaine est situé maintenant sur le territoire de la commune d'Héricy, et héberge un centre équestre.

Né de la Seine, Héricy vit de la Seine. Dès le XIIe siècle, un bac hebdomadaire de Paris à Montereau-Fault-Yonne s‘y arrête pour s'approvisionner à son port aux vins et à ses marchés.

Mais l’histoire d’Héricy est surtout liée au pont qui la reliait à Samois-sur-Seine, le seul entre Melun et Montereau-Fault-Yonne. On l’a dit romain, toujours est-il qu'en 1177, il est déjà là, flanqué de ses moulins. C’est sans doute au XIVe siècle qu’il est pourvu de tours et que la cité s’entoure de murailles et de douves. Avec ses grosses portes fortifiées au sud et au nord, Héricy a alors le titre de ville. Elle a beaucoup souffert de la guerre de Cent Ans. On s’y est battu plusieurs fois et elle est occupée de 1419 à 1430. En juillet 1465, le pont est détruit sur ordre de Louis XI qui est en guerre contre la Ligue du Bien Public. Réparé, il est emprunté par de nombreuses troupes, toujours dévastatrices, car à chaque passage elles mettent le pays à sac. En 1562, l'arche centrale s'écroule à nouveau. Réparé tant bien que mal, le pont est définitivement détruit par des inondations en janvier 1658.

Sous Louis XII, le comte de Melun, Louis Malet de Graville, dont le château-fort ancestral s’élève au-dessus de La-Celle-sur-Seine, reconstruit Héricy ravagé par les guerres, notamment le portail gauche de la façade de l’église. Cet édifice remarquable, dont les dimensions témoignent de l’importance de l’ancienne cité (5 000 habitants, a-t-on dit), est commencé à la fin du XIIe siècle (chœur), puis continué au XIIIe siècle (nef et clocher). Il est accolé à une petite chapelle de cimetière, très ancienne, devenue aujourd’hui la sacristie. Par la suite, on agrandit l’église par son bas-côté sud et on ajoute un grand portail central, garni de statues. Ce dernier est démoli lors des heurts avec les protestants qui tirent dessus au canon en 1580 et en 1588.

Héricy, prévôté royale, a toujours fait partie de la couronne, mais en 1566, Charles IX l’érige en bailliage et baronnie au profit de Jehan d’Argeville. Elle passe ensuite aux Balzac d’Entragues au XVIIe siècle. Au XVIIe siècle, le comte de Graville, baron d’Héricy, Jean Édouard de Poussemothe de l’Estoile, fait peindre son blason sur un pilier de l’église. Puis le colonel de la Garde suisse et lieutenant général des armées de sa Majesté, Jean-Pierre Stoppa, appelé généralement Pierre Stoppa ou Stouppe, se fait construire un joli château, qui est terminé en 1688. Depuis 1958, celui-ci héberge la mairie d’Héricy. Parmi les propriétaires qui s’y succèdent, citons en particulier la famille Dinet-Cornille dont fait partie le célèbre peintre orientaliste Étienne Dinet.

Par la suite, de grands travaux sur la Seine sont entrepris. En 1864, l’État décide de construire une écluse et un double barrage. Avec l'arrivée du chemin de fer, on construit une ligne et un tunnel de 1893 à 1896. La ligne, inaugurée en 1897, annonce un autre monde.

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
septembre 1848 avril 1861 Philippe Lemoine    
avril 1861 septembre 1865 Pierre Grégoire Songeux    
septembre 1865 mai 1871 Louis Charles Fauche    
mai 1871 juillet 1888 François Simon Lemoine    
juillet 1888 mai 1904 François Barthélemy    
mai 1904 mai 1929 Albert Berthier    
mai 1929 mars 1936 Elie Henri Rousselot    
mars 1936 novembre 1940 Georges Prat    
novembre 1940 octobre 1947 Léopold Bois    
octobre 1947 octobre 1956 Paul Allaine    
octobre 1956 mars 1971 René Griffault    
mars 1971 mars 1983 Michel Buns    
mars 1983 juin 1995 Claude Tredant    
juin 1995 mars 2001 Albert van Fleteren    
mars 2001 mars 2008 Roger Le Goff DVD  
mars 2008 mars 2014 Jean-Pierre Rousseau DVD Retraité
mars 2014 mai 2020 Sylvie Bouchet Bellecourt[56] DVD Infirmière libérale
4e vice-présidente de la CA du Pays de Fontainebleau (2017 → 2020)
mai 2020 En cours Yannick Torres SE Gérant de société
12e vice-président de la CA du Pays de Fontainebleau (2020 → )

Jumelages

Jumelages et partenariats de Héricy.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Héricy.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Kilby (en)[57]Flag of the United Kingdom.svgRoyaume-Unidepuis
PFR-raimonda.pngRaimonda (d)[58],[59]Flag of Portugal.svgPortugaldepuis le

Politique environnementale

Équipements et services

Eau et assainissement

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [60],[61].

Assainissement des eaux usées

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune d'Héricy est assurée par la communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [62],[63],[64].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[65]. La communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à l'entreprise Veolia, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2029[62],[66].

Eau potable

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [62],[67].

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[68]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[69].

En 2018, la commune comptait 2 572 habitants[Note 12], en augmentation de 1,78 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7759318669388919699561 0371 112
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9851 0911 1121 0321 0431 0691 1271 1581 369
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1691 0841 0939379651 0831 1161 1931 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 3031 2931 4781 8612 2162 5192 5632 5482 584
2018 - - - - - - - -
2 572--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[70] puis Insee à partir de 2006[71].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 1 024 (dont 74 % imposés), représentant 2 579 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 650 euros[72].

Emploi

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 396, occupant 1 143 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 68 % contre un taux de chômage de 6,1 %.

Les 26 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 11,9 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 8,6 % de retraités ou préretraités et 5,5 % pour les autres inactifs[73].

Entreprises et commerces

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 218 dont 7 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 7 dans l’industrie, 28 dans la construction, 141 dans le commerce-transports-services divers et 35 étaient relatifs au secteur administratif[74].

Ces établissements ont pourvu 176 postes salariés.

Secteurs d'activité

Agriculture

Héricy est dans la petite région agricole dénommée la « Brie humide » (ou Brie de Melun), une partie de la Brie à l'est de Melun[Carte 6]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 13] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[75].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[76]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 10 en 1988 à 3 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 76 ha en 1988 à 107 ha en 2010[75].

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles d'Héricy, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Héricy entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[75],[Note 14]
Nombre d’exploitations (u) 10 4 3
Travail (UTA) 21 8 2
Surface agricole utilisée (ha) 755 767 320
Cultures[77]
Terres labourables (ha) 709 687 320
Céréales (ha) 541 417 241
dont blé tendre (ha) 310 291 163
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 179 65 s
Tournesol (ha) 38
Colza et navette (ha) 52 s 72
Élevage[75]
Cheptel (UGBTA[Note 15]) 203 176 0

Culture locale et patrimoine

Église Sainte-Geneviève d'Héricy.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

  • La famille du peintre orientaliste Étienne Dinet a vécu au château d'Héricy, actuellement la mairie, ainsi que sa sœur Jeanne Dinet Rollince qui a donné son nom à la médiathèque municipale[79]. Peintre orientaliste, Dinet est également le portraitiste de son entourage familial. Sa sœur unique, Jeanne, épouse en 1888 Alfred M. Cornille (1854-1940), futur général commandant l'École polytechnique. Son beau-père, Charles-Albert-Antoine Cornille, vérificateur des Douanes, est peint par Dinet en buste de face, avec au costume le ruban de la médaille d'honneur des douanes, créée par décret du et tout juste reçue. Vraisemblablement, Cornille séjourne au château d'Héricy (Seine-et-Marne) où Étienne Dinet a son atelier, appartient à la famille Dinet puis Cornille. Jeanne Dinet-Rollince — Rollince, anagramme de Cornille — publie la première biographie consacrée à son frère.
  • Charles Rabourdin (1838-1906), militaire, écrivain et membre de plusieurs sociétés savantes, y a vécu et y est mort.
  • Pavel Tigrid (1917-2003), conseiller de Vaclav Havel après avoir été son ministre de la culture, a longtemps habité Héricy, rue de l'Abreuvoir, avec sa famille. Il était écrivain et journaliste. Il s'est notamment penché sur la condition ouvrière durant le régime communiste tchécoslovaque.
  • Le graphiste Bernard Baissait né en 1948 à Samoreau a habité Héricy-sur-Seine durant son enfance.
  • L'historien Max Gallo a habité Héricy-sur-Seine quelques années durant.

Héraldique

Blason Héricy.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d'azur aux trois lys de jardin d'or grainés de gueules, la tige de celui de la pointe plus courte, enclavée en emmanchure d'une plaine cousue de même chargée d'une étoile aussi d'or.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Le bras de la Seine (F4405801) donné par SIGES est contestable car en dehors de la limite admistrative de Héricy située sur la Seine (bras principal).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  10. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  11. Mention faite en 1913, dans le no 26 de la 79e année de l'Abeille de Fontainebleau[54].
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  13. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  15. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Localisation de Héricy » sur Géoportail (consulté le 21 avril 2019)..
  2. « Zones ZNIEFF d'Héricy » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  3. « Héricy - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  5. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références

  1. « Fiche communale », sur le site l'Insee (consulté le ).

  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Seine (F4404001) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Froideur (F4407000) ».
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ru de la Vallee Javot (F4410600) ».
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Fontaine (F4418000) ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru Clicot (F4418800) ».
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Fontaineroux (F4418850) ».
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Prieuré (F4419050) ».
  10. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 20 avril 2019
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Héricy et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  17. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  18. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « l'« Ile de Thérouanne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  21. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « la zone tampon de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Héricy », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF les « forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF la « forêt domaniale de Champagne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF les « Bois de Valence et de Champagne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF les « Forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  31. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Unité urbaine 2020 de Fontainebleau », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  33. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  34. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  35. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  36. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  37. [ https://territoires-fr.fr/lieux-list1.php Site territoires-fr.fr] consulté le 21 avril 2019 sous le code commune 77226.
  38. Site internet du lycée technique, professionnel et supérieur Lafayette
  39. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  40. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  41. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  42. [PDF]« Le SCOT Fontainebleau et sa région - Note d'enjeux », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  43. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  44. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 25 juin 2020
  45. Transdev, ligne 17A
  46. Delaborde, Philippe-Auguste, I, p. 142.
  47. Histor. France, XXIII, 662.
  48. Archives nationales, S* 9724, fol. 98 v°.
  49. Archives nationales, K 1170, n° 5.
  50. Archives nationales, P 8, n° 2750.
  51. Arch. chât. Marcoussis, reg. de prisée, fol. 341.
  52. Archives nationales,, P 9, n° 290.
  53. Archives nationales, S 5167.
  54. « Chronique locale », L'Abeille de Fontainebleau, no 26 de la 79e année,‎ , p. 1 (lire en ligne) :

    « sera célébré, en l'église d'Héricy-sur-Seine »

  55. Article sur l'histoire d'Héricy sur le site internet de la commune d'Héricy
  56. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  57. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures » (consulté le )
  58. Héricy info, (bulletin municipal), p.8, consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  59. Héricy info, (bulletin municipal), p.6, consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  60. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  61. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  62. a b et c « Commune d'Héricy - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  63. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  64. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  65. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  66. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  67. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  68. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  69. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  70. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  71. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  72. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 1er décembre 2020
  73. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 1er décembre 2020
  74. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 1er décembre 2020
  75. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Héricy », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  76. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  77. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Héricy », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  78. « Eglise », notice no PA00087030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. Informations pratiques et agenda de la médiathèque municipale d'Héricy


<footer>source wp:Héricy</footer>