Métavers

De xtof lifedesign


Un métavers (de l'anglais metaverse, contraction de meta universe, c'est-à-dire méta-univers) est un monde virtuel fictif. Le terme est régulièrement utilisé pour décrire une future version d'Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via interaction 3D[1].

Une définition différente affirme que « le métavers » est l'ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée[2]. Ce concept a été décrit la première fois dans le roman " Simulacron 3 " de Daniel F. Galouye, paru en 1968 et mis à l'écran par Fassbinder en 1973, puis repris dans le roman Le Samouraï virtuel, paru en 1992, de Neal Stephenson.

La vision du métavers selon Neal Stephenson

Pour citer Neal Stephenson, « le métavers est une invention de ma part, qui m'est venue à l'esprit quand j'ai réalisé que les mots existants (comme "réalité virtuelle") étaient trop maladroits pour être utilisés[3]. »

Le Samouraï virtuel fournit un exemple unique de cas d'utilisation d'un métavers. Cette fiction montre comment un métavers pourrait être implémenté, utilisé et interfacé avec le monde réel.[réf. nécessaire]

Le livre a été écrit avant que l'implémentation d'un métavers ne soit possible et peut être considéré comme une sorte de cahier des charges immersif d'un métavers. Beaucoup de ce qu'il propose est devenu pertinent au fur et à mesure que les implémentations modernes sont apparues et ont commencé à aborder les problèmes décrits.[réf. nécessaire] Par exemple :

  • Activité économique : dans la dystopie décrite à travers Snow Crash, il y a eu une redistribution importante des richesses du monde réel, au fur et à mesure du développement du métavers, et de la croissance de la corporation en tant que mini-pays (franchulate).
  • Code informatique comme loi : le métavers est bâti sur des protocoles de code informatique. Ces protocoles définissent ce qui peut être fait et ce que ne peut pas l'être, ce qui est légal et ce qui ne l'est pas. Le code est la loi.
  • Modes d'accès : soit à l'aide de terminaux publics de mauvaise qualité, soit à l'aide de lunettes (HUD), soit à l'aide d'une interface bio-intégrée (gargoyle).
  • Scalabilité : s'il y a des millions de gens qui attendent à l'entrée d'une discothèque, ils doivent alors être représentés comme une foule car il peut être techniquement impossible de rendre les détails individuels.
  • Utilisabilité : les avatars peuvent voir les expressions faciales et le langage non verbal, fournissant ainsi une expérience virtuelle qui est aussi riche que la communication en face-à-face dans la vraie vie.

D'autres éléments du métavers imaginé par Stephenson, nécessaires à l'intrigue, n'ont pas résisté à l'épreuve du temps. Son idée d'un environnement privatif unique ne correspond pas à la structure en réseau coopératif de l'internet moderne. Une idée liée, le ruban de développement du métavers, établi autour d'un centre constitué par le monde réel et vers lequel on se rendrait par rail ou motocycle est également désuète.[réf. nécessaire]

Historique des implémentations

La majeure partie du travail pionnier de création d'un métavers est venue de la communauté du jeu[réf. nécessaire].

Créé en 1985 et sorti en version beta l'année suivante, le jeu Habitat est sans doute le premier environnement multi-joueurs, lancé par Lucas Arts sur Commodore 64, en partenariat avec America Online. Les participants y étaient représentés par des avatars évoluant dans un monde virtuel.

En 1993, Steve Jackson Games a lancé un MMO (un système de réalité virtuelle basé sur du texte et à faible consommation de bande passante) appelé The Metaverse et intégré à leur système online de BBS Illuminati Online. Plusieurs autres éditeurs de jeux y ont ouvert des commerces virtuels, préfigurant l'engouement commercial et immobilier que connaîtront d'autres logiciels des années 2000.

Au milieu des années 1990, SenseMedia a créé un MMO appelé SnowMOO. Le monde était inspiré de Snow Crash et correspondait à une mise en œuvre d'un métavers basé sur du texte. SenseMedia a aussi lancé ChibaMOO (aussi appelé The Sprawl) qui était inspiré de la littérature Cyberpunk de William Gibson mais qui prenait lui aussi la forme d'un métavers basé sur du texte.

Active Worlds, qui était entièrement inspiré de Snow Crash, a rendu populaire le projet de créer un métavers en 1997 en diffusant des mondes de réalité virtuelle capables de mettre en application le concept du métavers.

Toujours en 1997, Canal+ Multimedia et Cryo ont proposé Le Deuxième Monde, un environnement virtuel souvent présenté comme un des précurseurs de Second Life.

Second Life est le pionnier d'une plateforme sociale et économique basée sur un système de micropaiement où les utilisateurs ont la propriété intellectuelle de leurs créations, et sont libres de construire eux-mêmes leurs espaces et leurs communautés.

Google Earth arrive depuis le secteur du Système d'Information Géographique et de l'imagerie satellite pour construire une structure virtuelle par-dessus les données du monde réel (comme Downtown Tokyo, par exemple)[réf. nécessaire].

Le Croquet project (en) s'appuie sur la métaphore du métavers pour créer une forme de système d'exploitation[4], qui a été conçu pour profiter de la puissance croissante des ordinateurs modernes.

On peut même rattacher à cette catégorie certaines avancées 2D des réseaux sociaux. Par exemple, la structure de type mesh networking qui sous-tend le projet One Laptop per Child et son interface Sugar, établit une interface d'ordinateur de bureau à partir des principes de la connectivité sociale.

3D Web

Un des thèmes récurrents est qu'un métavers conduira au 3D Web. The Metaverse Roadmap Summit en 2006 a publié un rapport détaillé, leur feuille de route pour le métavers[5].

Virtual Real Worlds de MellaniuM Design et Tele3DWorld se consacre à la création d'environnements réalistes 3D pour toutes sortes d'applications[6]. Metaverse peut être divisé en deux types de plateformes différents. La première consiste à créer un métavers blockchain, à l'aide de crypto-monnaies et de jetons non fongibles qui permettront aux gens d'acheter des parcelles de terrain virtuelles, puis de construire leur environnement. L'autre groupe comme Facebook peut utiliser le métavers pour faire référence à un monde virtuel où les gens peuvent se rencontrer pour leurs consultations commerciales[7]. Carrefour[8] et Microsoft s'y mettent aussi.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • François-Gabriel Roussel, Les Mondes virtuels – Panorama et perspectives, coll. « Questions contemporaines », série Questions de Communication, L’Harmattan, Paris, 2012

Articles connexes

Lien externe


<footer>source wp:Métavers</footer>