Pierre et Gilles

De xtof lifedesign

La Fabrique des Idoles https://philharmoniedeparis.fr/fr/exposition-pierre-et-gilles à la Philharmonie de Paris



Pierre et Gilles
Pierre et Gilles à Perpignan dans le cadre du FILAF 2018.jpg
Pierre (à gauche) et Gilles (à droite) au festival international du livre d'art et du film en 2018.
Naissance
Pierre : (70 ans)
La Roche-sur-Yon (Vendée)
Gilles : (66 ans)
Sainte-Adresse (Seine-Maritime)
Nom de naissance
Pierre Commoy et Gilles Blanchard
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Mouvement
Influencé par
l'art populaire, le cinéma et la musique, les voyages ...
Site web

Pierre et Gilles est le pseudonyme du couple d'artistes plasticiens français formé par le photographe Pierre Commoy, né le à La Roche-sur-Yon, et le peintre Gilles Blanchard, né le au Havre (Sainte-Adresse plus précisément). Ils vivent et travaillent au Pré-Saint-Gervais (région parisienne).

Depuis 1976, ils développent une œuvre à quatre mains entre peinture et photographie. Leurs tableaux mettent en scène leurs proches, anonymes ou célèbres, dans des décors sophistiqués construits grandeur nature en atelier. Une fois la photographie tirée sur toile, commence un méticuleux travail de peinture. Ces créateurs d’images ont constitué une iconographie singulière explorant la frontière entre l’histoire de l’art et culture populaire.

Biographie

L'un, Pierre, né en Vendée en 1950, étudie la photographie à Genève, tandis que l'autre, Gilles, né en 1953 dans une commune de Seine-Inférieure, passe son diplôme à l'école des Beaux arts du Havre[1]. Pierre passe sa jeunesse à La Roche-sur-Yon ; enfant il imagine « travailler dans un cirque »[2].

Après son service militaire, en 1972, Pierre s'installe à Paris[1] et commence à travailler pour différents magazines dont Rock & Folk, Depeche mode, Interview et Façade[1]. Gilles s'installe à Paris la même année[1], fait des collages, collectionne les photomatons et réalise des illustrations pour la publicité et des magazines. Il découvre le travail d'Annette Messager, avec qui il correspond pendant un an. Pierre et Gilles se rencontrent en 1976, lors de l'inauguration d'une boutique Kenzo[1],[3] et commencent une vie commune. Ils installent leur premier appartement et atelier rue des Blancs-Manteaux à Paris. Leur collaboration débute, Pierre en tant que photographe et Gilles en tant que peintre[4]. Ils publient leurs premières commandes dans la revue Façade[5]. Ils enchaînent les rencontres et photos avec Andy Warhol, Iggy Pop, Françoise Hardy, Salvador Dalí, Mick Jagger...

« L'histoire d'amour est arrivée avant la collaboration », raconte Gilles. « Gilles collectionnait les photomatons depuis 1968 et on avait fait une nouvelle série de portraits inspirés de cela. Mais les tirages étaient un peu ternes. » « Alors Gilles a eu l'idée de peindre par-dessus et inventé en quelque sorte Photoshop », sourit Pierre. « Notre première œuvre commune, c'est Edwige, la reine des punks. Et on a enchaîné pour le magazine Façade avec Iggy Pop. Quel souvenir ! Il sortait du lit avec une fan. On lui a enfilé une chemise blanche mais en bas, il est resté à poil toute la séance. »[6]. Peu après, ils signent des images de Paquita Paquin ou de la styliste Adeline André[3]. Au départ, ils utilisent leurs deux noms complets pour signer[7].

À la fin des années 1970 et début des années 1980, c'est le début de l'époque du Palace, pour lequel ils réalisent des affiches et des cartons d'invitation[8]. Le duo fréquente Le Sept ou Le Palace avec leurs amis Christian Louboutin, Eva Ionesco ou Djemila Khelfa[3]. Ils créent également la pochette d'un album du groupe new wave Mathématiques modernes[8], et des photos avec Serge Nubret, Yves Saint Laurent, Andrée Putman, Bernadette Lafont, etc. À leur retour d'un premier voyage en Inde en 1979, où ils ont découvert les films de Bollywood[9], ils débutent une collaboration avec le couturier Thierry Mugler. Première pochette d'album avec Amanda Lear Diamonds for Breakfast en 1980 et aussi pochettes de disques pour Philippe Krootchey, Marie France, etc.

En 1981, alors que François Mitterrand vient d’être élu à la présidence de la République française, Le Figaro Magazine leur passe commande d'une image représentant Adam et Ève. Eva Ionesco et Kevin Luzac se prêtent au jeu et posent nus, sur un fond bleu céleste et des fleurs. Le cliché est refusé par Le Figaro, mais, deux ans plus tard, en 1983, il fait la une du magazine Actuel. C'est un tournant dans leur travail[10],[11]. Ils créent leur première série aux Maldives et Sri Lanka, sur les enfants des voyages. En 1983, ils organisent leur première exposition personnelle (à deux) à la galerie Texbraun, à Paris[12],[13]. En 1984, ils exposent aux Ateliers 84 à l'ARC Musée d'Art moderne de Paris. Ils adoptent Bibic leur perroquet vert qui figure sur la pochette d'un album d'Étienne Daho. Ils rencontrent Lio et la chanteuse japonaise Sandii (en). En 1985, ils réalisent leurs premiers clips avec le groupe Mikado, ainsi qu'une exposition au Art Ginza space de Tokyo[5].

De 1986 à 1996, Pierre et Gilles sont représentés par la galerie Samia Saouma à Paris[13]. 1986, c'est l'exposition des naufragés et des pleureuses dans cette galerie[13]. Ils abordent les thèmes religieux et les saints[14]. Ils travaillent avec Tomah, un jeune Laotien qui devient leur styliste et assistant pendant 10 ans. 1989 marque le début de leur amitié avec Marc Almond avec qui ils réalisent la vidéo A lover spurned. Ils rencontrent Arielle Dombasle, Nina Hagen, Boy George et Serge Gainsbourg[15]. Depuis 1990, ils résident et travaillent au Pré Saint-Gervais. Ils effectuent de nombreux voyages en Asie et découvrent la Russie. Ils exposent en 1992 au musée d'art moderne Diaghilev de Saint-Pétersbourg et à Moscou en 1995. En 1993, ils reçoivent le grand prix de photographie de Paris. En 1994, Polly Fey leur est présentée par Enzo junior, un ami modèle. Puis ce sont les rencontres avec Catherine Deneuve, Madonna, Jeff Stryker, Lolo Ferrari, Sylvie Vartan, Aiden Shaw[13]. En 1995, ils exposent à la galerie Roslyn Oxley à Sydney, réalisent l'affiche du mardi gras Gay & Lesbian et rencontrent Kylie Minogue. En 1996 a lieu la première rétrospective qui leur est consacré à la Maison européenne de la photographie à Paris[16].

À partir de 1997, Pierre et Gilles sont représentés par la galerie Jerôme de Noirmont à Paris, jusqu'en 2007, puis par la galerie Templon[17]. Ils font la connaissance de Kenneth Anger à la galerie du jour Agnès b.. Rencontres et photos avec Jean Marais, Juliette Gréco, Siouxsie, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Deee-Lite, Aiden Shaw Amanda Lepore et les 2Be3. En l'an 2000, ils participent à l'exposition La Beauté, en Avignon, pour laquelle ils produisent Radha, Krishna et la Fanny. Première rétrospective au New Museum de New York. Ils rencontrent James Bidgood, le metteur en scène du film Pink Narcissus, et réalisent plusieurs images de Laetitia Casta[5].

Des artistes connus et des personnalités ont été photographiés par Pierre & Gilles[18] : dans le monde de l'art Christian Boltanski, Andy Warhol, Salvador Dalí ; de la musique : Madonna, Serge Gainsbourg, Sylvie Vartan, Kylie Minogue, Étienne Daho, Boy George, Mick Jagger, Iggy Pop, Françoise Hardy, Choi Seung Hyun, CL, Clara Luciani, Eddy de Pretto, Juliette Gréco, Marc Almond, Siouxsie Sioux, Juliette Armanet, Stromae, Dani, Lio[19], Deee-Lite, Nina Hagen, Sheila, Mireille Mathieu, Marilyn Manson, Amanda Lear, Marie France, 2Be3, Erasure, Mathieu Chédid, Mikado, Khaled, Régine, Conchita Wurst, Lillywood ; du cinéma : Arielle Dombasle, Rossy de Palma, Isabelle Huppert, Charlotte Rampling, Catherine Deneuve, Marie Gillain, Salim Kéchiouche, Jérémie Renier, Natacha Régnier, Laetitia Casta, Tilda Swinton, Claudia Cardinale, Jean Marais, Béatrice Dalle, Tony Ward, Julie Depardieu, Audrey Tautou, Hafsia Herzi, Dominique Blanc, Jean Carmet, Julie Delpy Anna Mouglalis, Catherine Jourdan, Bernadette Lafont, Marina Foïs, Sylvie Joly, Dita von Teese[20] ; du porno : Jeff Stryker, Aiden Shaw, François Sagat[21] ; de la mode : Yves Saint Laurent, Jean-Paul Gaultier, Karl Lagerfeld, Marc Jacobs, Thierry Mugler, Adeline André, Fifi Chachnil, Olivier Rousteing, Naomi Campbell, Claudia Schiffer, Bettina[11] ; du sport : Serge Nubret, Russell Westbrook, Alain Boghossian, Gregory van der Wiel ; de la littérature : Amélie Nothomb[6],[22],[23],[24]. Un portait de la chanteuse Lio, réalisé en 1991, et intitulé La Madone au cœur blessé est vendu à New York, en 2003, 196 500 dollars, un montant record pour une photographie par des artistes vivants[25],[26].

Ils ont également réalisé des pochettes de disque pour Amanda Lear et l'album Diamonds for Breakfast en 1980, pour Mathématiques modernes en 1980, pour Lio et son album les brunes comptent pas pour des prunes en 1986, Indochine et leur album Tes yeux noirs en 1985, Deee-Lite et leur album Good beat en 1991, pour Erasure et leur album Wild! en 1989, pour Mikado en 1985, pour Les Calamités en 1987, pour The Adventures Of Ghosthorse & Stillborn de CocoRosie, pour Les Douleurs de l'Ennui du groupe français Opera Multi Steel, pour Étienne Daho et son deuxième album La Notte en 1984, et à nouveau pour l'album Reserection (album commun avec le groupe Saint Étienne) en 1995, pour Marc Almond et l'album Enchanted 1990, pour Sylvie Vartan et son album Toutes peines confondues en 2009, pour The Creatures et leur album Anima Animus en 1999, pour l'album Shadows en 2015 de Lilly Wood and the Prick, etc.

Zahai Dehar qui connait leur travail les contacte[3] ; ils photographient ainsi l'ancienne call-girl devenue mannequin, détournée en Marianne[27]. La photographie est publiée quelques heures avant les attentats de Paris. Elle est ensuite reprise sur Twitter par ses auteurs, en réaction aux attentats du 13 novembre 2015. La jeune femme est au centre du cliché, un bonnet phrygien sur la tête et un tissu cachant très peu sa poitrine dénudée. Au-delà de la provocation, c'est, selon l'interprétation de Hugo-Pierre Gausserand dans le journal Le Figaro une façon pour Pierre et Gilles de marquer leur sympathie pour une génération qui s'amuse, boit en terrasse des bars et fait la fête au Bataclan ou au Stade de France[28].

Inspirations

Pierre et Gilles sont connus pour leurs photographies retouchées à la peinture qu'ils réalisent ensemble depuis leur rencontre[29] développant une image qualifiée de « kitsch et clinquante »[3]. Bien qu'issus du domaine de la presse, ils se revendiquent comme artistes[7] et artisans. Ces œuvres abordent des thèmes de la culture pop, de la culture gay, de la pornographie mais aussi de la religion, un de leurs thèmes les plus importants, tout en se défendant d'aller jusqu'au blasphème :

« Nous avons le goût du mystique. Il est très difficile de séparer art et religion[30]. »

Leurs œuvres sont souvent qualifiées de romantiques par la presse : La madone au cœur blessé (1991), Mercure (2001), For ever (Stromae) (2014), Adam et Eve (1981), Vive la France (2006) et Marianne (2015) sont parmi les plus célèbres. Pierre et Gilles définissent leur travail ainsi :

« On aime idéaliser mais on parle aussi de la mort, du mystère et de l'étrangeté de la vie. Il y a autant de douceur que de violence dans nos images… »

Dans le cadre de l'exposition Age of Classics ! L'Antiquité dans la culture pop au Musée Saint-Raymond, Musée d'archéologie de Toulouse[31], ils répondent à quelques questions sur leurs relations avec l'antiquité classique. Ils y affirment s'inspirer de nombreuses mythologies : la mythologie moderne avec par exemple l'image du cowboy, la mythologie chrétienne avec les images d'Adam ou de Saint Sébastien, la mythologie hindoue avec l'image de Krishna et surtout la mythologie grecque avec les images de Narcisse ou Achille[24]. Ces inspirations leur viennent de plusieurs sources : cours d'histoire et cours de catéchisme pendant leur enfance, le cinéma pour Pierre et l'art pour Gilles : « Les mythologies, les dieux et demi-dieux nous fascinaient. Ces histoires nous transportaient […] dans un monde de rêve, de cruauté et de miracles où le divin côtoie l'histoire. »

Œuvres

Œuvres (sélection) et titres de séries

  • Grimaces, 1977[32]
  • Palace, affiches et cartons d'invitation, 1978
  • Adam et Ève, 1982[11]
  • Etienne Daho,1983[26]
  • Garçons de Paris, 1983
  • Paradis, 1983
  • Naufragés, 1986
  • Pleureuses, 1986
  • Les saints, à partir de 1988
  • Saint Sebastien, 1988
  • Le petit communiste, 1990
  • Meduse, 1990
  • La madone au cœur blessé, 1991
  • Les mariés, 1992
  • Le petit jardinier, 1993
  • Jolis Voyous, 1995
  • Plaisirs de la forêt, 1995
  • Comme un garçon, 1996
  • Les amoureux, 1998
  • Dans le port du Havre, 1998
  • Mercure,2001
  • David et Jonathan, 2005
  • Vive la France, 2006
  • Wonderful town, 2007- 2009
  • Le printemps arabe, 2012
  • Oreste, 2013
  • For ever[33], 2014
  • Marianne [34], 2015
  • En plein coeur, 2016

Affiches de films

Expositions

Expositions personnelles (sélection)

1983 :

  • Pierre et Gilles, Galerie Texbraun, Paris, France[35].

1985 :

  • Pierre et Gilles, Galerie Saluces Art Contemporain, Avignon, France[35].
  • Pierre et Gilles, The Art Ginza Space, Tokyo, Japon[35].

1986 :

  • Naufragés et Pleureuses, Galerie Samia Saouma, Paris, France.
  • Pierre et Gilles- Naufrage, Galerie des Arènes, Nîmes, France[35].

1988 :

  • Les Saints, Galerie Samia Saouma, Paris, France[35].

1990 :

  • Pierre et Gilles, Hirschl & Adler Modern, New York, États-Unis[35].
  • Pierre et Gilles, Exposition itinérante, Parco Par II de Shibuya, Tokyo; Osaka, Japon[35].

1992 :

  • Pierre et Gilles, Raab Galerie, Londres, Angleterre.
  • Pierre et Gilles, Russisches Museum, Diaghilev Center of Modern Art, Saint Petersbourg, Russie[35].
  • Pierre et Gilles, Raab Galerie, Berlin, Allemagne[35].

1993 :

  • Pierre et Gilles, Galerie Samia Saouma, Paris, France.
  • Absolut Peep-Show, Raab Gallery, Londres, Angleterre.
  • Pierre et Gilles, Galerie du Salon, D.R.A.C. des Pays de la Loire, Nantes, France.
  • Pierre et Gilles, Galleria Il Ponte, Rome, Italie[35].

1994 :

1995 :

  • Annual’95, Shiseido Gallery, Ginza Art Space, Tokyo, Japon.
  • Pierre et Gilles, Exposition itinérante : Roslyn Oxley9 Gallery, Sydney, Australie; Australian Center for Contemporary Art, Melbourne, Australie; Wellington City Art Gallery, Wellington, Nouvelle-Zélande; Auckland City Art Gallery, Auckland, Nouvelle-Zélande[35].

1996 :

  • Pierre et Gilles, Vingt Ans d’Amour(1976-1996), Maison européenne de la photographie, Paris, France[35].
  • Pierre et Gilles, A.C.C. Galerie, Weimar, Allemagne[35].
  • Les Plaisirs de la Foret - Jolis Voyous, Galerie Max Hetzler, Berlin, Allemagne[35].

1997 :

  • Pierre et Gilles - Grit and Glitter, Gallery of Modern Art, Glasgow, Écosse.
  • Die Welt Von Pierre et Gilles, Fotomuseum, Munich, Allemagne.

1998 :

  • Douce Violence, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France.
  • Pierre et Gilles - Mémoire de Voyage, Shiseido Gallery, Ginza Art Space, Tokyo, Japon.
  • Pierre et Gilles, Museo de Bellas Artes de València, Valence, Espagne[35].

1999 :

  • Pierre et Gilles, Turun Taidemuseo, Turku, Finlande[35].

2000 :

2001 :

  • Arrache mon Cœur, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France.

2002 :

  • Arrache mon Cœur, Kunst HausWien, Vienne, Autriche.

2003 :

2004 :

  • Le Grand Amour, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France[36].
  • Beaut.iful Dragon, Rétrospective itinérante: Seoul Museum of Art, Corée du sud ; Singapore Art Museum, Singapour.

2005 :

2006 :

  • Un Monde parfait, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France[37].

2007 :

  • Double-Jeu (1976-2007), Jeu de Paume, Paris, France[38],[39]
  • Pierre et Gilles, exposition itinérante : Moscow House of Photography, Moscou, Russie ; Palais de marbre, Musée Russe, Saint-Pétersbourg, Russie
  • Correspondances Musée d’Orsay / Art Contemporain, Musée d’Orsay, Paris, France
  • Pierre et Gilles, Galerie Andrea Caratsch, Zurich, Suisse.
  • Un Monde parfait, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France.

2008 :

  • Pierre et Gilles, Galerie Lansar, Genève, Suisse.
  • Pierre et Gilles, Sofia Art Gallery, Sofia, Bulgarie.

2009 :

  • Wonderful Town, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France[40].
  • L’Apothéose du Sublime, Oi Futuro, Rio de Janeiro, Brésil.
  • Pierre et Gilles- Rétrospective, C/O Berlin, Berlin, Allemagne.

2010 :

  • Wonderful Town, Galerie Jérôme de Noirmont, Paris, France
  • Pierre et Gilles, Galeri Artist, Istanbul, Turquie

2014 :

2017 :

  • Pierre et Gilles, Clair-Obscur, MuMa, Le Havre, France[42].
  • Pierre et Gilles, Clair-Obscur, Musée d’Ixelles, Bruxelles, Belgique.  

2018 :

  • Looking at the Pictorial World, Seemingly Old and Voluptuous, K Museum of Contemporary Art, Séoul, Corée du Sud.
  • Le génie du christianisme, FILAF, Chapelle basse du couvent des minimes, Perpignan, France.
  • Le temps imaginaire, Galerie Templon, Paris, France[43].

2019 :

Expositions collectives (sélection)

1984 :

1986 :

1987 :

1988 :

  • Dis-moi qui est la plus Belle, Le Botanique, Bruxelles, Belgique.

1989 :

1990' :

1991 :

1992 :

1993 :

  • À la Decouverte... de collections romandes I, F.A.E., Musée d’Art Contemporain, Pully-Lausanne, Suisse[35].
  • Wit’s End, Museum of Contemporary Art, Sydney, Australie[35].

1994 :

1995 :

  • Der zweite Blick, Haus der Kunst, Munich, Allemagne.
  • Feminin / Masculin - le sexe de l’art, Centre Georges Pompidou, Paris, France.
  • Pierre et Gilles, Andreas Gursky, Vincenzo Castella, Noritoshi Hirakawa, Zoe Leonard, Paul Graham, Wolfgang Tillmans, La Case d’Arte, Milan, Italie.

1996 :

  • Les contes de fée se terminent bien, Château de Val-Fréneuse, Sotteville-sous-le-Val France, organisé par le FRAC Haute-Normandie, France.
  • Paar Mal Paar, Helmhaus, Zurich, Suisse.
  • The Auction Preview Party, The New Museum of Contemporary Art, New York, États-Unis.
  • Inauguration de la Maison Européenne de la Photographie, Maison européenne de la photographie, Paris, France.

1997 :

  • Romantica - Immagini del Cuore e della Colpa, VIIe Biennale Internazionale di Fotografia, Palazzo Bricherasio, Turin, Italie.

1998 :

1999 :

  • The Power of Beauty, Geementemuseum, Helmond, Pays-Bas.
  • Missing Link, Menschen - bilder in der fotografie, Kunstmuseum Bern, Bern, Suisse.
  • Hommage à Jean Marais - héros romantique, Musée de la Vie Romantique, Paris, France.
  • Rosso vivo - Mutazione, trasfigurazione, e sangue nell’arte contemporanea, PAC-Padiglione d’Arte Contemporanea, Milan, Italie.

2000 :

2001 :

  • Votive, Gow Langsford Gallery, Auckland, Nouvelle-Zélande.
  • El Mundo Nuevo, Biennale de Valence, Valence, Espagne.
  • Visionaire Dreaming in Print, a 10 year anniversary, Fashion Institute of Technology, New York, États-Unis.

2002 :

  • Revelation : representations of Christ in photography (exposition itinérante), Hôtel de Sully, Paris; The Israel Museum, Jérusalem, Israël.
  • Ikonen. Kunst und Kult, Coninx Museum, Zurich, Suisse.
  • Sleeping / Dreaming / Awakening, Kawamura Memorial Museum of Art, Kawamura, Japon.
  • Tableaux Vivants, Kunsthalle Wien, Vienne, Autriche.
  • Divine Mirrors - the Madonna unveiled, Davis Museum and Cultural Center, Wellesley, États-Unis.

2003 :

  • Neo - Neo styles in dutch interiors over the past 250 years, Centraal Museum, Utrecht, Pays- Bas.
  • La Fête, exposition itinérante : espace Bellevue, Biarritz; Museo Valenciano de la Ilustracion y la Modernidad, Valence, Espagne.

2004 :

  • Figures de l’acteur, Jeu de Paume, Paris, France.
  • Sylvie Vartan, revue de mode, Musée Galliera, Paris, France.
  • Dali et les plus grands photographes de notre siècle, Palais des Congrès, Perpignan, France.
  • Sailor Style : art fashion film, Australian National Maritime Museum, Sydney, Australie.

2005 :

  • Pierre Molinier - jeux de miroirs, Musée des Beaux Arts, Bordeaux, France.
  • Paris à Shanghai, trois generations de photographes français, Fine Arts Museum, Shanghai, Chine.

2006 :

  • Heavenly & Subterranean – the story of Saint Barbara, Cultuurcentrum, Genk, Belgique.
  • Gay Chic, Design Museum, Zurich, Suisse.

2007 :

  • Paris en couleurs, Hôtel de Ville, Paris, France.
  • Arte e Omosessualita, Palazzina Reale – Santa Maria Novella, Florence, Italie .
  • Passage du Temps – Collection Francois Pinault, Le Tri Postal, Lille, France.

2008 :

  • Jean Marais - l´Eternel Retour, Musée de Montmartre, Paris, France.
  • Des jeunes gens modernes, Galerie du Jour – Agnès b., Paris, France.

2009 :

  • En todas partes, politicas lgbtq en el arte, Centro Galego de Arte Contemporanea, Saint Jacques-de-Compostelle, Espagne
  • Sh(out), Gallery of Modern Art, Glasgow, Écosse

2010 :

2011 :

2012 :

2013 :

  • The Fashion World of Jean-Paul Gaultier : From the Sidewalk to the Catwalk, Brooklyn Museum, Brooklyn, États-Unis.
  • Masculin / Masculin. L´homme nu dans l´art de 1800 à nos jours, Musée d´Orsay, Paris, France.
  • Hommage à Andrée Putman, Musée des beaux-arts, Rouen, France.
  • Les aventures de la vérité, Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, France .
  • Palmiers, palmes, palmettes, Musée Masséna, Nice, France.
  • Au bazar du genre, Féminin - Masculin en Méditerranée, MuCEM, Marseille, France.

2014 :

2015 :

  • Jean-Paul Gaultier : From the Sidewalk to the Catwalk, Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, Munich, Allemagne.
  • Bonjour la France ! - To my beloved dear, Seongnam Cultural Foundation, Séoul, Corée du Sud.
  • Jean-Paul Gaultier, Grand Palais, Galeries Nationales, Paris, France.

2016 :

  • Total Records, C/O Berlin, Berlin, Allemagne.
  • La Collection, Institut Culturel Bernard Magrez, Bordeaux, France.
  • Love Stories, Les Photaumnales, Le Quadrilatère, Beauvais, France.
  • Summer Exhibition, Royal Academy of Arts, Londres, Angleterre.
  • Everybody is crazy, but me, Maison Particulière, Bruxelles, Belgique.
  • Les années 1980, l’insoutenable légèreté, Musée National d’Art Moderne - Centre Georges Pompidou, Paris, France.
  • The Fashion World of Jean-Paul Gaultier : From the Sidewalk to the Catwalk, Dongdaemun Design Plaza (DDP), Séoul, Corée du sud.

2017 :

2018 :

2019 :

2020 :

  • Panda! Panda! The Cute in Art – Media – Pop Culture, NRW-Forum Düsseldorf, Allemagne.
  • Hortus conclusus. L’illusion d’un paradis, Museo Villa dei Cedri, Bellinzona, Suisse.
  • Thierry Mugler : Couturissime, Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, Munich, Allemagne.
  • Raconter le cœur, Musée de la Vie romantique, Paris, France.

Présence en collections (sélection)

Distinctions

Filmographie

Notes et références

  1. a b c d et e Chrystel Chabert, « Pierre et Gilles au Havre : rétro en "Clair-obscur" d'un duo artistico-amoureux », France Info,‎ (lire en ligne)
  2. Devis 2013, p. 8.
  3. a b c d et e Élisabeth Couturier, « Pierre et Gilles marient leurs talents », Paris Match, no 3346,‎ 4 au 10 juillet 2013, p. 114 (ISSN 0397-1635)
  4. « Pierre & Gilles », sur Encyclopedia Universalis
  5. a b et c Eric Troncy, « Pierre et Gilles », Beaux Arts Magazine, no hors série,‎ , p. 50
  6. a et b Eric Bureau, « Dans l’atelier des artistes Pierre et Gilles : Le monde nous inspire énormément », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Devis 2013, p. 7.
  8. a et b Clémentine Mercier, « Pierre et Gilles, icônes glacées », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. Aurélie Raya, « Pierre et Gilles unis pour la ville », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  10. Devis 2013, p. 34 à 35.
  11. a b et c Catherine Bézard, « Pierre et Gilles, le livre », Marie France,‎ (lire en ligne)
  12. « Pierre et Gilles », Connaissance des arts, no hors série,‎ , p. 40
  13. a b c et d Gilles Verlant et Pierre Mikaïloff, Le Dictionnaire des années 80, Larousse, , 404 p. (lire en ligne), « Pierre et Gilles »
  14. « Photographie. Saint Pierre et Saint Gilles au Paradis. Les duettistes de la photo peinte ont élargi le champ de leurs rêves. Pierre et Gilles à la galerie Samia Saouma », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « La vie en rose: 40 years of Pierre et Gilles – in pictures », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  16. Michel Guerrin, « Pierre et Gilles ont toujours vingt ans », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. « Sous le charme de Pierre et Gilles chez Daniel Templon », Connaissance des arts,‎ (lire en ligne)
  18. a et b Catherine Schwaab, « Pierre et Gilles, le talent, la fantaisie et la modestie », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  19. Émilie Jamgotchian, « Les idoles sublimées par Pierre et Gilles à la Philharmonie de Paris », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  20. Claire Beghin, « Pierre et Gilles à l'honneur d'une exposition à la Philharmonie », Vogue Paris,‎ (lire en ligne)
  21. « Pierre et Gilles : une expo très pop à la Philharmonie de Paris », sur www.doitinparis.com (consulté le 14 avril 2020)
  22. Pierre et Gilles, Pierre et Gilles : 40 ans, Paris, Flammarion, 399 p. (ISBN 978-2-08-139107-9 et 2-08-139107-4, OCLC 962751975, lire en ligne)
  23. « Pierre et Gilles, portrait d’artistes - Une exposition havraise », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne)
  24. a et b « Pierre et Gilles exposent leurs stars mythologiques », France Info,‎ (lire en ligne)
  25. Michel Guerrin, « Avec Pierre et Gilles, Christie's cible le public gay », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. a et b Élisabeth Couturier, « Etienne Daho par Pierre & Gilles : le making of de sa photo pour Paris Match », Paris Match',‎ , p. 9 (lire en ligne)
  27. « Zahia Dehar pose en Marianne pour Pierre et Gilles », GQ France,‎ (lire en ligne)
  28. Hugo-Pierre Gausserand, « Zahia en Marianne par Pierre et Gilles en réponse au terrorisme », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  29. Pierre et Gilles., Derrière l'objectif de Pierre et Gilles : photos et propos, Paris, Hoëbeke, impr. 2013, 155 p. (ISBN 978-2-84230-468-3 et 2-84230-468-3, OCLC 858214929, lire en ligne)
  30. Jean-Sébastien Stehli, « Clins d'oeil complices », L'Express,‎ (lire en ligne)
  31. Scapin, Mathieu (1985-....)., Besnard, Tiphaine-Annabelle. et Musée Saint-Raymond (Toulouse)., Age of classics ! : l'Antiquité dans la culture pop : catalogue de l'exposition présentée au musée Saint-Raymond, musée d'archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 229 p. (ISBN 978-2-909454-43-6 et 2-909454-43-6, OCLC 1088723258, lire en ligne)
  32. « Pierre et Gilles », sur Paris Art
  33. « Stromae Forever », sur Site-LeVifFocus-FR, (consulté le 22 avril 2020)
  34. « Zahia Dehar pose en Marianne dévêtue pour Pierre et Gilles », L'Express,‎ (lire en ligne)
  35. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y (en) Lynne Warren, Encyclopedia of Twentieth-Century Photography, vol. 3, Routledge, , 1270 p. (lire en ligne)
  36. Pierre et Gilles., Blanc, Frédéric., Troncy, Eric. et Galerie Jérôme de Noirmont., Pierre et Gilles : le grand amour :, Paris, Galerie Jérôme de Noirmont, , 117 p. (ISBN 2-912303-18-4 et 978-2-912303-18-9, OCLC 58396520, lire en ligne)
  37. Pierre et Gilles., Corps divins, Paris, Chene editions, , 181 p. (ISBN 978-2-84277-650-3 et 2-84277-650-X, OCLC 122329373, lire en ligne)
  38. Paul Ardenne, Jeff Koons et Pierre et Gilles., Pierre et Gilles : [Double je, 1976-2007], Hong Kong/Köln/Paris etc., Taschen, , 459 p. (ISBN 978-3-8228-4650-6 et 3-8228-4650-3, OCLC 166627768, lire en ligne)
  39. Gérard Lefort, « Pierre et Gilles, singulier pluriel », Libération,‎ (lire en ligne)
  40. (en) Pierre et Gilles., Pierre et Gilles : wonderful town, Paris, Galerie Jérôme de Noirmont, 88 p. (ISBN 978-2-912303-29-5 et 2-912303-29-X, OCLC 498939941, lire en ligne)
  41. Pierre et Gilles,, Grenier, Catherine, et Daniel Templon (Gallery), Héros, Paris, Galerie Daniel Templon, , 95 p. (ISBN 978-2-917515-14-3 et 2-917515-14-7, OCLC 879150444, lire en ligne)
  42. Duplaix, Sophie,, Gilles, 1953-, Poivert, Michel, et Donnadieu, Marc,, Pierre & Gilles, clair-obscur, , 304 p. (ISBN 978-2-39025-002-9 et 2-39025-002-5, OCLC 992577403, lire en ligne)
  43. Tomat, Angiolino, 1940- ... et Impr. GSR), Les grottes : commune de Caumont : risque naturel : discussion, Grand-Couronne, GSR recherche, , 55 p. (ISBN 978-2-917551-53-0 et 2-917551-53-4, OCLC 962276841, lire en ligne)
  44. Pierre et Gilles., Gilles, 1953-, Hambursin, Numa. et Baudet, Hanna., Pierre et Gilles : le goût du cinéma, Paris, Bernard Chauveau Édition, , 80 p. (ISBN 978-2-36306-280-2 et 2-36306-280-9, OCLC 1138547472, lire en ligne)
  45. Garcin, Milan., Philharmonie de Paris. et Bayle, Laurent., Pierre et Gilles : la fabrique des idoles : [exposition, Philharmonie de Paris, 19 novembre 2019 au 23 février 2020], Paris/Paris, Musée de la musique-Philharmonie de Paris / Éditions Xavier Barral, 353 p. (ISBN 978-2-36511-251-2 et 2-36511-251-X, OCLC 1130084188, lire en ligne)
  46. Laure Etienne, « La photographie française existe… je l’ai rencontrée” à la MEP », Polka Magazine,‎ (lire en ligne)
  47. Marion Bellal, « Exposition : entre soumission et esthétique, les paradoxes du voile », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  48. Promotion de janvier 2012 du ministre de la Culture et de la Communication.
  49. (en) « Pierre and Gilles, Love Stories (1997) » (consulté le 16 avril 2020)
  50. « Passage des Arts-Claire Chazal, Influences, une histoire de l'art au présent dans une photo de Pierre et Gilles », sur www.francetvpro.fr (consulté le 16 avril 2020)

Voir aussi

Bibliographie, liste sélective

Articles connexes

Liens externes


<footer>source wp:Pierre et Gilles</footer>